Actualités

Enquête de l'INPES: Alcool pendant la grossesse, un risque encore méconnu en France

La MILDT (Mission Interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives) vient de faire paraître les résultats d'une enquête de l'INPES sur les connaissances et la perception des risques de la consommation d’alcool pendant la grossesse (infolettre n°101 du 9 septembre 2015).

Les troubles causés par l’alcoolisation fœtale (TCAF) regroupent les manifestations qui peuvent survenir chez un individu dont la mère a consommé de l’alcool durant la grossesse. Les TCAF peuvent être : un retard de croissance du fœtus, un accouchement prématuré, un faible poids de naissance, …. Mais aussi des conséquences plus tardives pour le bébé comme des troubles psychiques ou du comportement, tels que les troubles des apprentissages, de la mémorisation, de l’abstraction et de l’attention… Le syndrome d'alcoolisation fœtale constitue la forme la plus grave.

A l’occasion de la journée mondiale de sensibilisation au syndrome d’alcoolisation fœtale (SAF), l’Inpes et la Mildeca présentent les résultats d’une enquête1 sur les connaissances et la perception des risques de la consommation d’alcool pendant la grossesse. En 2015, en France, la notion de risque liée à la consommation d’alcool pendant la grossesse reste encore très floue. Quelques gorgées d’alcool, un verre de temps en temps, voire une consommation d’alcool quotidienne sont pour certains Français des niveaux de consommation acceptables chez une femme enceinte. Ainsi, seul un quart de la population affirme que la moindre consommation d’alcool entraîne des conséquences graves pour le nouveau-né. 

Alcool et grossesse : un risque encore peu connu des Français

Seulement 25% des Français estiment que la moindre consommation d’alcool pendant la grossesse comporte un risque pour l’enfant. Pour une majorité, le risque n’existe que pour une consommation excessive : 86% des personnes interrogées savent qu’une seule ivresse au cours de la grossesse est dangereuse pour le nouveau-né. Mais les risques liés aux consommations moins importantes sont moins connus. 18% pensent qu’une femme enceinte peut boire quelques gorgées d’alcool de temps en temps et 39% considèrent qu’un verre pour les grandes occasions ne pose pas de problème. Dans le même temps, 37% estiment que les risques n’apparaissent pour le nouveau-né que si l’on consomme de l’alcool quotidiennement.
Il est constaté que le risque est mieux connu des personnes appartenant aux catégories sociales moins favorisées.  

Des idées reçues qui persistent  
27% des Français pensent qu’il est conseillé de boire un petit verre de vin de temps en temps pendant la grossesse et 25% qu’il est conseillé de boire un peu de bière pendant la période d’allaitement. De plus, 46% pensent que boire un verre de vin ou de bière est moins dangereux qu’un verre d’alcool fort. 
 
Un message sanitaire approuvé mais peu connu
 Depuis 2006, un message sanitaire préconisant l’absence de consommation d’alcool pendant la grossesse (soit le pictogramme, soit le message « grossesse=zéro alcool ») est obligatoire sur les contenants de boisson alcoolique. 93% de la population approuve cette mesure et près des 3/4 des Français jugent cela impactant pour limiter la consommation. Cependant, seul un Français sur deux connait l’existence de ce message sanitaire pourtant présent sur toutes les bouteilles d’alcool. 

L’alcool, un produit toxique pour le fœtus à tout moment de la grossesse
Le syndrome d’alcoolisation fœtale (SAF) constitue la conséquence la plus grave de l’exposition prénatale à l’alcool et concernerait de 700 à 3 000 enfants, sur les 750 000 naissances2 annuelles. Il se manifeste notamment par :

  • des anomalies faciales ;
  • des retards de croissance ; 
  • une malformation de la boîte crânienne et de l’encéphale ainsi que des troubles nerveux ;
  • des dommages du système nerveux central qui peuvent se traduire par un retard du développement, des déficits intellectuels et des troubles de l’apprentissage, une hyperactivité, des troubles de l’attention et/ou de la mémoire, une incapacité à contrôler sa colère, des difficultés à résoudre des problèmes.

L’importance de parler avec les femmes enceintes de leur consommation d’alcool
Les professionnels de santé sont des acteurs majeurs pour informer les femmes enceintes et leur entourage des dangers liés à l’alcool et insister sur la recommandation « zéro alcool pendant la grossesse ». Ce principe de précaution est particulièrement important car on ne connait pas de seuil en-dessous duquel la consommation d’alcool pendant la grossesse serait sans risque pour le nouveau-né. 
L’intérêt d’aborder cette problématique auprès des femmes enceintes quel que soit leur catégorie sociale permet au professionnel de santé de : 

  • rappeler que tout comme le tabac, l’alcool n’est pas un produit anodin pour la santé
  • prévenir l’exposition prénatale à l’alcool ;
  • accompagner et/ou orienter les femmes en difficulté ;
  • organiser un suivi de grossesse spécifique et une prise en charge précoce du nouveau-né si nécessaire.

En France, les données du Baromètre santé Inpes 2014 montrent que les consommations d’alcool des jeunes femmes sont en hausse. Par exemple, 10 % des étudiantes déclarent avoir connu des ivresses « régulières » (plus de 10 par an), contre seulement 2% en 2005. 

« La consommation d’alcool est en forte augmentation chez les femmes et notamment les étudiantes. Elle se banalise. Compte tenu des risques liés à la consommation d’alcool pendant la grossesse il est important de rappeler les messages de prévention.» conclut le Dr François Bourdillon. 
Danièle Jourdain Menninger, présidente de la Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives, s’inscrit pleinement dans ces propos : « La vulnérabilité spécifique des femmes, notamment en période de grossesse, face aux risques liés aux consommations d’alcool justifie une action publique forte et ciblée ». La MILDECA soutient à ce titre l’expérimentation de l’implantation d’une équipe ressource régionale en matière de fœtopathies alcooliques.


1 Etude réalisée par BVA pour l’Inpes du 25 au 27 juin 2015 auprès d’un échantillon représentatif de la population français de 1005 personnes âgées de 15 ans et plus

2 Alcool. Effets sur la santé, collection « Expertise collective », INSERM, 2001


Retour
sept. 9, 2015 Catégorie : Au jour le jour Posté par : Vivre avec le SAF